32 In Humeurs

Paris je t’aime, je te déteste, je te quitte

Vue sur Paris, côté tour Eiffel, Grand Palais, de la terrasse du Printemps au moment du coucher du soleil

Paris, je t’aime. C’est la phrase qui me trottait dans la tête, il y a 4 ans, lors de mon installation dans la capitale. Mon choix d’emménager à Paris était complètement voulu. Paris, c’est la ville de tous les possibles, c’est la ville de l’amour, c’est la ville du cinéma. Et puis, j’avais aussi tout simplement envie de tenter l’expérience. Je trouvais dommage de ne pas savoir ce que c’est de vivre dans la capitale, alors que 12 millions de français, un sixième de la population, vivent en région parisienne. La France est un pays centralisé, tout se passe à Paris et notamment le travail.

Pour ma part, c’est en tant qu’étudiante, que j’y ai emménagé. Après deux ans de classes préparatoires, me voilà qui arrive dans la jungle parisienne, les rêves pleins la tête. Je m’étais déjà rendue plusieurs fois à Paris avec l’école, la famille, les amis. Je me rappelais cette fatigue de devoir beaucoup marcher et courir à droite à gauche, et puis le monde et le métro. Et la magie bien sûr, les étoiles dans les yeux en découvrant la tour Eiffel, l’arc de Triomphe, le Louvre et tous ces lieux emblématiques.

Après avoir compris, ce que trouver un logement à Paris voulait dire… J’ai finalement trouvé un petit nid de 12m² à Montmartre. J’y suis restée deux ans et demi, ma plus longue période dans un appartement à Paris. Et j’ai adoré cette période. Montmartre reste mon quartier favori loin devant tous les autres. Les petites rues, le calme, j’y retrouve ce que j’aime tant dans ma ville natale, Poitiers. Après mes deux premières semaines où j’étais complètement crevée. J’ai trouvé mon rythme parisien. J’ai profité des soirées, des réductions pour les -26 ans, j’ai adoré le multiculturalisme de Paris. Je me suis imprégnée de la ville, je me suis mise à marcher vite dans les tunnels du métro, à porter du rouge à lèvres rouge en soirée, à courir à droite, à gauche pour aller au restau, au ciné, au musée.

Et puis je me suis mise à détester Paris. Cela a été très progressif, mais je pense pouvoir situer son commencement : mon premier grand stage en entreprise de 6 mois. Un stage de rêve puisque j’étais dans une société de distribution de films. Sauf que j’ai découvert ce qu’était le métro, boulot, dodo. Et c’est là où Paris a commencé à s’envoler de mon cœur. A cela s’ajoute, qu’une des raisons principales de ma venue à Paris était mon amour du cinéma. J’avais envie de tenter ma chance. Mon stage a beau s’être très bien passé. J’ai senti que cet univers n’était pas pour moi ou en tout cas pas dans ces conditions.

Et puis, il y a eu la Finlande. 6 mois qui m’ont profondément bouleversés. 6 mois où j’ai pu me poser et réfléchir sur moi-même, me découvrir sur certains points, me redécouvrir sur d’autres. J’en avais cruellement besoin, car à cette époque, j’étais complètement perdue.

Le retour à Paris a été difficile, comme tous les retours d’expatriation. Certaines choses nous paraissent complètement insensé (le forfait Navigo une semaine, qui commence obligatoirement un lundi ?!). Et puis j’ai retrouvé ce fameux métro, boulot, dodo qui m’avait déjà paru difficile pour mon premier stage. Certains détails que je ne voyais pas avant ont commencé à m’irriter (les mines tristes des parisiens dans les transports, le temps perdu à aller d’un point A à B, le manque de verdure…) Les attentats qui ont eu lieu à cette période n’ont bien sûr rien arrangé. Ce n’est pas quelque chose qui me fait plaisir à dire, j’en ai un peu honte. Mais j’ai envie d’être franche. Depuis les attentats, il m’est arrivé plusieurs fois de faire des crises d’angoisse dans les transports.

Les années d’insouciance du début se sont envolées. La crise de la vingtaine est arrivée. On a commencé à parler de l’après-étude. Des phrases sont revenues « Je pense commencer ma carrière à Paris, je m’en irai après », « Paris, c’est le meilleur endroit pour commencer à travailler »,  » C’est là que sont toutes les grandes entreprises, c’est mieux pour le CV ». Toutes ces phrases m’ont toujours mises mal à l’aise. Et une peur à commencer à monter en moi, la peur de rester bloquer à Paris. Mes différents stages me l’ont prouvé, les gens bougent peu, beaucoup de personnes qui ont commencé à travailler à Paris y sont encore 10 ans après.

Et ça pour moi, ce n’était pas possible, les événements de ma vie personnelle m’ont appris aussi brutalement que la vie est courte, que d’un coup tout peu changé.

En janvier 2016, je suis revenue dans le sud de la France pour 6 mois. Là-bas, j’ai réalisé, à quel point mes 3 ans dans le sud m’avaient marqués. Si j’étais passée directement de Poitiers à Paris, l’adaptation n’aurait pas été si dure. Mais quand on sait ce que c’est de vivre au bord de la mer, avec du soleil 300 jours dans l’année, entourée de gens bienveillants et généreux, c’est tout de suite beaucoup plus difficile. Je n’ai d’ailleurs pas réussi à construire des amitiés solides à Paris.

Alors c’est décidé, Paris, je te quitte. Avant de prendre cette décision, j’ai forcé un peu les choses puisque, j’y suis revenue 6 mois pour mon stage de fin d’études, de juillet à dimanche dernier. Mais il n’y avait rien à faire, Paris et moi ça ne collait plus. J’ai envie de retrouver cette étincelle qu’ont les touristes dans les yeux en découvrant Paris. J’ai envie de n’être que de passage dans cette belle ville, car c’est là où Paris me réussit le mieux.

Je suis mon cœur, mon instinct, mes tripes. Ils me disent de partir, alors je pars. Malgré, la raison, malgré l’opinion de certaines personnes. Je préfère prendre des risques, revoir peut-être certaines de mes exigences professionnelles à la baisse, mais être bien où je suis.

Paris reste dans mon cœur. Après Poitiers, c’est la plus longue ville dans laquelle j’ai vécu. Et il s’en est passé des choses. Des choses belles, des moins belles et des surprises. En arrivant, je me suis dit, que se serait drôle si dans la ville de l’amour, je trouvais l’amour. C’est ce qui s’est passé. En arrivant, je me suis dit, que se serait drôle si dans la ville du cinéma, je pouvais enfin voir en chair et en os mon actrice préférée, Natalie Portman. C’est ce qui s’est passé, 2 fois. En arrivant, je me suis dit, se serait drôle que je devienne une Parisienne. C’est ce qui s’est passé, un peu. Comme je suis un peu Pictavienne, Salonaise, Marseillaise et Helsinkienne. Comme tous ces endroits où j’ai vécu, Paris restera avec moi. Elle laisse son empreinte sur certains aspects de ma personnalité, certaines de mes préférences, opinions. Je ne suis pas fâchée avec cette ville. J’y reviendrai avec plaisir. J’ai juste besoin de la quitter.

Bye Bye Paris!


Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à me suivre sur FacebookTwitterInstagram et Youtube !

Cet article te plaît ? Épingle-le sur Pinterest !

Sur le même thème

32 Laisser un commentaire

  • Reply Emma Evasion 26 janvier 2017 at 9 h 38 min

    Où vas tu ? Avec ton Homme ? 🙂
    Nous attendons impatiemment la fin de l’internat de Thomas pour pouvoir aussi partir…
    Paris, tu nous fatigues. 😉

    • Reply Aurore L. 28 janvier 2017 at 15 h 17 min

      Pour le moment je suis retournée dans le sud de la France, en attendant de préparer un futur départ à l’étranger.

  • Reply Aurore 26 janvier 2017 at 11 h 48 min

    Tu vas habiter où ? Il me semble pas l’avoir lu !
    J’ai été folle de Paris, j’y habite depuis 10 ans, j’y ai acheté il y a deux ans. Je l’aime toujours, juste moins follement, elle me fatigue.
    On va partir 6 mois en voyage, je ne sais pas quel sera mon attachement pour la ville, mais il est possible que je me détache aussi.

    • Reply Aurore L. 28 janvier 2017 at 15 h 19 min

      Je suis dans le sud de la France pour le moment !

  • Reply Lefevre Marion 26 janvier 2017 at 13 h 44 min

    Wah quel bel article ! j’ai tout lu et franchement bravo pour ton courage et ton honnêteté 🙂 Paris j’aime bien en tant que touriste mais oui effectivement y habité ça ne doit pas être facile 🙂 je te souhaite bonne continuation 🙂 belle journée à toi ( Marion du blog http://www.05bis-m.fr )

    • Reply Aurore L. 28 janvier 2017 at 15 h 20 min

      Merci beaucoup ! J’avais assez peur en le publiant qu’il soit mal pris, donc des commentaires comme le tien me font vraiment chaud au cœur !

  • Reply Floriane Lov'in it 26 janvier 2017 at 14 h 14 min

    J’aime beaucoup ton texte écrit avec le coeur. Je n’ai jamais vécu à Paris mais je sais aussi que je ne pourrais jamais, j’ai besoin de verdure, d’aller d’un point A à un point B sans y passer des heures, c’est une vraie liberté et vivre dans un 12m2 c’est bien quand tu es étudiante mais ça ne peut durer toute la vie, voilà l’avis qui habite dans un tout petit village de campagne et qui adore ça 😉 bon courage pour la suite

    • Reply Aurore L. 28 janvier 2017 at 15 h 23 min

      Merci ! Et pourtant, j’aime beaucoup les villes simplement pas les mégalopoles, je pense que New York me ferra sûrement le même effet que Paris.

  • Reply Belamae 26 janvier 2017 at 14 h 42 min

    J’adore ton article ! Etant parisienne depuis toujours, je me retrouve totalement dans tes dires :/
    Certes c’est une très belle ville (avec de beaux monuments) mais la routine du « métro, boulot, dodo » gâche effectivement tout.
    J’essaye un minimum d’être souriante quand je sors car je le suis naturellement (donc pourquoi changer cela ?) mais c’est vrai que quand tu regardes la mine de certains parisiens, tu te dis « c’est quoi ces têtes d’enterrement ?  »

    Concernant la vie professionnelle à Paris ? Beaucoup de gens pensent que c’est plus facile à Paris, je ne vais pas contredire car je ne suis jamais allé habiter ailleurs mais ce que je peux affirmer c’est que malgré que ce soit la capitale, il est extrêmement compliqué de trouver un travail. J’ai un BAC+3 et j’ai mis un an à trouver mon CDI et ce n’était pas faute de chercher et pour dire la vérité, j’ai pris ce qui me tombait sur la main avec un salaire de misère car il fallait que je m’en sorte et que je n’avais pas le choix que de prendre un travail. Aujourd’hui, ça fait plus de 3 ans que je suis dans la même société, mon travail ne me plait pas plus que ça mais quand je vois les difficultés de mon entourage a trouver quelque chose et bien je reste où je suis car j’ai un crédit à payer et que bientôt une petite princesse viendra égayer ma vie et celle de mon mari et que je ne peux pas me permettre de tout lâcher pour ma simple volonté. Je ne souhaite pas être égoïste et surtout je veux subvenir aux besoins de ma famille.

    Avec mon mari nous avons dans l’idée que plus tard, nous irions vivre dans le Sud car, comme beaucoup de personnes, pouvoir profiter de la mer à la sortie du boulot et ne pas respirer autant de pollution nous fait rêver. Mais allons-nous réellement réussir ?

    En tout cas je te souhaite une bonne continuation dans la ville que tu auras choisi et surtout d’être pleinement heureuse 🙂

    • Reply Aurore L. 28 janvier 2017 at 15 h 34 min

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! 🙂 Dans la vie, il y a toujours des moments, pour moi en ce moment, je n’ai n’y crédit, ni mari, ni bébé en route, je peux donc me concentrer sur certaines choses comme où j’ai envie de vivre. Pour toi ce sera peut-être plus tard. L’important est de rester fixer sur ces objectifs. Le plus dur je trouve c’est de ne pas laisser l’environnement, les gens autour de nous, laisser trop nous influencer dans nos décisions, en tout cas pour ma part c’est mon gros problème !^^

  • Reply unadamantinderoses 28 janvier 2017 at 15 h 04 min

    J’aime beaucoup ton style d’écriture ! C’est très accrocheur.

  • Reply Plume 28 janvier 2017 at 15 h 59 min

    Une jolie réflexion. Je me suis aussi installée à Paris après 2 ans de classes préparatoires. 2 ou 3 semaines pour m’y habituer, et c’était parti. Autant j’ai adoré a vie parisienne, autant un jour mes 2h de métros quotidien ont eu raison de moi !
    J’ai ensuite habitée à La Rochelle… Malheureusement, la vie m’a à nouveau emmené loin de la mer. Mais j’ai bon espoir d’y retourner. La qualité de vie y est tellement exceptionnelle !

    • Reply Aurore L. 29 janvier 2017 at 21 h 47 min

      Je te le souhaite ! J’adore la région de La Rochelle (je suis de Poitiers donc je connais bien !^^)

  • Reply The Bright Side 28 janvier 2017 at 17 h 01 min

    J’ai adoré ton article, la lecture est tellement fluide : j’aime beaucoup ta façon d’écrire.
    Merci pour ton partage d’expérience, j’ai pour ma part terminer mes études que j’ai faite à Lyon et je m’installe à Paris la semaine prochaine. Je me reconnais dans la touriste avec les yeux qui brillent, l’excitation de m’installer dans cette grande ville est à son comble ces dernières semaines. Même si je sais que ce va être difficile de trouver un premier emploi, je suis remplie d’espoir. J’espère ne pas déchantée trop vite…
    En tout cas je suis d’accord avec toi, pour moi aussi, Paris c’est temporaire. Histoire de me faire quelques expériences, d’avoir des « noms » sur mon CV avant de retourner m’installer en province 🙂
    Coup de coeur pour ton blog, je reviendrai 🙂
    Laura – The Bright Side

    • Reply Aurore L. 29 janvier 2017 at 22 h 39 min

      Merci Laura pour ton gentil commentaire, ça me touche ! J’espère que la vie parisienne te plaira, je pense que ça dépend de la personnalité et du vécu de chacun dans mon cas ça n’a pas marché, mais je connais aussi beaucoup de personnes qui y sont bien et ne veulent pas quitter Paris ! 🙂

  • Reply OUAT a Phoenix 28 janvier 2017 at 18 h 26 min

    Magnifique photo. Je n’ai jamais vécu à Paris mais j’adore la beauté de cette ville. Mais le sud me manquerais trop si je devais vivre à Paris. Bisous

  • Reply Grâce Minlibé 29 janvier 2017 at 0 h 14 min

    J’ai vécu 15 mois à Paris et je garde de beaux souvenirs. Il m’arrive parfois d’avoir une douce nostalgie.

  • Reply ML Déco 29 janvier 2017 at 12 h 29 min

    Paris, je l’aime mais que pour une journée ou un week-end.
    Quand j’y vais pour visiter, j’ai toujours l’impression d’être obligée de courir !
    J’aurais pu faire de grandes études de design, mais non, franchement je n’ai même pas essayé !
    Paris à visiter c’est bien mais à travailler et à vivre non…

  • Reply Mathilde's Closet 29 janvier 2017 at 21 h 38 min

    Hello ! Très bel article. Je suis arrivée à Paris pour mes études il y a 5 mois et je suis dans la période « Paris Je t’aime ». Pour moi les gens ne sont pas tristes, pas plus qu’ailleurs, ils ne sont pas méchants, pas plus qu’ailleurs en tout cas, il n’y pleut pas plus que dans d’autres villes du Nord… Je pense qu’il ne faut pas avoir trop d’attentes de Paris. Mais oui pour toi qui vient du Sud c’est sûr que ce n’est pas pareil niveau chaleur (temps et humeur des gens). Je rencontre des gens extraordinaire à Paris, il y a une culture qui malheureusement n’est présente nul part ailleurs en France. Mais oui, je pense que si je dois me lasser de quelque chose, ce sera les prix des logements et les longs transports mais si c’est le prix à payer pour voir des expo photo, être sur place quand votre artiste préféré passe à Bercy … alors je le paye volontier !

    Bisous
    Mathilde’s Closet

    • Reply Aurore L. 29 janvier 2017 at 22 h 47 min

      Je te comprends, je suis une passionnée de culture, c’est une des premières raisons pour laquelle j’ai eu envie de monter à Paris. Et d’ailleurs ce n’est pas partie, pour cela Paris est numéro 1 ! 🙂 Profites en bien, surtout si tu as moins de 26 ans, c’est la meilleure période pour y être !

  • Reply Serena 29 janvier 2017 at 22 h 15 min

    Coucou,
    Voilà un bel article ! Je te comprends car je préfère vivre en banlieue et aller dans la capitale que de temps en temps, je trouve ça plus reposant mais je n’ai pas toujours pensé comme ça^^ Je crois qu’on évolue avec le temps^^
    Bisous à toi et plein de bonheur pour ta nouvelle vie !

    • Reply Aurore L. 29 janvier 2017 at 22 h 41 min

      Oui, la personnalité et le vécu de chacun y fait beaucoup dans nos choix de modes de vie !

  • Reply Alexandra 31 janvier 2017 at 15 h 35 min

    très beau parcours, c’est dommage que ça n’a pas collé. mais tu y as passé un moment dans ta vie. Garde les meilleurs souvenirs avec toi.
    une nouvelle vie, un nouveau départ… que demander de mieux.

    bonne chance pour la suite.

    http://uma-grande-aventura.blogspot.pt/

    • Reply Aurore L. 9 février 2017 at 12 h 07 min

      Paris est une ville qui m’a fait énormément grandir, avancé, je garde les meilleurs souvenirs mais aussi les moins bons car je ne serai pas là où je suis sans eux ! 🙂

  • Reply Le Kaouchou 14 février 2017 at 15 h 16 min

    Nous, on a tenu 7 ans à Paris. Autant que le besoin d’un retour aux sources dans notre sud-ouest, c’est bien le côté matériel qui nous a décidés. Mais avis aux futurs parigots : à deux, c’est bien plus facile d s’adapter à Paname, comme partout d’ailleurs.
    Moi, je l’aime toujours la ville-lumière, et parfois elle me manque. Je suis très parisien pour un toulousain en fait. Mais aujourd’hui j’ai besoin de vivre caché pour vire heureux comme le dit le dicton.

    Merci pour l’article, j’ai connu quelques personnes qui avaient fui le métro et le macadam, et ça m’a fait plaisir de sourire au détour de phrases que j’ai déjà entendues, mais jamais lues.

    • Reply Aurore L. 18 février 2017 at 20 h 05 min

      C’est très cliché ce que je fais dire mais l’important c’est de suivre son cœur, les gens qui y restent alors qu’ils n’y sont pas heureux, c’est surtout cela qui me rend triste et que je n’ai pas eu envie de devenir. Merci pour le commentaire 🙂

  • Reply Laura de Libre com le web 21 février 2017 at 11 h 15 min

    J’ai pris plaisir à lire ton article dans lequel je me reconnais un peu. Je suis née dans les Yvelines donc Paris je connais bien mais ce que je connais mieux c’est les heures de transport et le peu de temps pour le reste des plaisirs de la vie !
    Je suis partie 10 mois en Australie et maintenant je suis en Corse. Jaime Paris parce que j’y ai grandi, mes amis et une partie de ma famille y sont encore puis en vacances c’est chouette comme ville. Mais je n’y re vivrais pas !
    Je vois Paris comme des parents comme aime pour tout ce qu’ils nous ont apporté, qu’on prend plaisir à revoir régulièrement mais avec qui on ne veut (on ne peut) plus vivre.

    En tout cas tu as vécu de belles choses, et d’autres merveilleuses choses t’attendent ailleurs 😀

    • Reply Aurore 21 février 2017 at 13 h 43 min

      J’adore ta comparaison entre Paris et la relation aux parents, je trouve ça vraiment très juste et ça correspond aussi à ce que je ressens !

  • Reply Kenza 5 mars 2017 at 17 h 02 min

    Hello ! Oui, en effet, on partage pas mal de conclusions toi et moi sur le sujet ! Je suis d’accord sur la transition vie étudiante – vie active, et puis le Navigo, c’est effectivement abusé, le mensuel aussi pourrait commencer n’importe quel jour comme dans tant d’autres métropoles. Tu es où en ce moment ?

    • Reply Aurore 6 mars 2017 at 13 h 59 min

      Merci Kenza pour ton commentaire, ça me fait très plaisir de te voir ici, j’apprécie beaucoup ton blog ! 🙂 En ce moment, c’est assez compliqué pour moi, pour l’instant je suis rentrée dans le sud de la France, où j’ai commencé les démarches pour être Freelance mais je souhaite pouvoir partir à l’étranger rapidement, j’ai fait d’ailleurs la demande de visa vacances-travail pour le Canada, ce qui m’avait amené pour la première fois sur ton blog !

  • Reply Caroline - Note Cuivrée 20 mars 2017 at 18 h 35 min

    Sinon, habiter dans la belle banlieue de l’Ile-de-France c’est chouette aussi ! 🙂 Profiter des avantages de Paris pour sortir et du calme chez soi ! Mais je comprends ce que tu veux dire, avec mon copain on se dit de plus en plus qu’on adore Paris pour son foisonnement de restaurant, sorties culturelles… mais ne se verrait pas y habiter à nouveau. Puis les loyer sont tellement cher.

    • Reply Aurore 22 mars 2017 at 17 h 25 min

      Je t’avoue qu’en dehors de la partie Versailles/Jouy-en-Josas/Igny, les différentes parties de la banlieue parisienne que j’ai pu découvrir ne m’ont jamais emballé. Je ne comprenais pas il y a 4 ans les personnes qui préféraient vivre carrément à Tours ou Reims et venir travailler à Paris mais finalement, je me dis qu’ils on trouvé un plutôt bon compromis !

    Laisser un commentaire