26 In Finlande/ Humeurs/ Réflexions/ Voyage

Bilan de 6 mois en Finlande : retour d’expérience et réflexions

J’ai ouvert ce blog à mon retour de Finlande. Assez logiquement, les premiers articles étaient donc dédiés au pays du père noël, mais je n’avais jamais vraiment pris le temps de te raconter mon expérience personnelle. En répondant à l’interview de Bérénice sur Jeunes à l’étranger, j’ai pourtant réalisé que j’avais beaucoup de choses à dire ! Alors, me voilà aujourd’hui virtuellement devant toi pour te raconter cette expérience qui m’a profondément marquée.

Les mois qui ont précédé mon départ en Finlande ont été très compliqués pour moi. J’étais dans une phase où je me posais beaucoup de questions sur moi-même. Depuis l’enfance, je me sentais souvent en décalage avec les autres. J’avais essayé de trouver des réponses, sans succès. C’est donc avec très peu de confiance en moi que je suis arrivée à Helsinki.

A ce moment-là, nous étions en janvier 2015. Les attentats de Charlie Hebdo ont eu lieu le lendemain de mon arrivée. J’ai passé une partie de la journée terrée dans ma chambre d’Airbnb à regarder les infos, mais il fallait bien manger, alors me voilà lancée dans Helsinki. On est au mois de janvier, il neige, il fait moins 12 et la nuit était déjà là. Une nuit complètement noire qui contraste avec le blanc de la neige. En sortant du supermarché, je suis perdue, j’ai du mal à me rappeler les indications de ma « colocataire ». Je monte dans un bus, et puis panique, tout se ressemble : des grands arbres, des immeubles, des grandes routes. Je descends rapidement et m’approche d’une jeune femme pour lui demander de l’aide. Je me mets à pleurer. Heureusement, elle est très compréhensible, elle est aussi arrivée en Finlande il y a peu pour venir étudier. Elle m’offre un thé, m’aide avec Google Maps à retrouver mon chemin et je suis rapidement revenu au chaud dans mon nouveau chez moi.

J’ai raconté cette anecdote à très peu de personnes, pour moi, c’était un peu la honte quand même, me perdre et me mettre à pleurer mon premier jour en Finlande. En partant, beaucoup de gens m’ont dit que j’étais courageuse de partir seule, je n’ai pas compris pourquoi jusqu’à ce premier jour.

Mon premier mois en Finlande a été compliqué mais bien meilleur que ce premier jour. Il a fallu que je prenne mes marques à mon stage, m’occuper de la partie « administrative » : carte sim, carte de transport, … , me forcer à rencontrer de nouvelles personnes. Moi l’introvertie, je décide par exemple de me rendre seule à une rencontre Erasmus où je ne connais personne !

Et puis il y a la météo. Avant de partir, tout le monde me disait, tu n’as pas peur d’avoir froid ? Personne, ne m’a dit, tu n’as pas peur du soleil qui se couche à 15h ? Pourtant, là était la vraie difficulté. J’ai très vite vu que le froid, les Finlandais ça les connaissait, tout est fait pour que tu restes le moins dehors : les bus sont toujours à l’heure, la ville est très bien desservie par les transports, toutes les habitations ont le double vitrage et un chauffage qui carbure. Alors que le manque de soleil est difficilement remplaçable. Il existe bien sûr des choses, la Vitamine D, la luminothérapie…. Mais on m’en a parlé tellement taaaaard. Que le soleil avait déjà recommencé à se coucher et se lever à des heures décentes !

Les semaines défilent, la grosse déprime du départ est loin derrière. Je pars à la découverte du coin dès que possible : Tallinn, Porvoo, Turku, … Un petit groupe s’est créé avec certains Erasmus : Rudolf, Miso, Patrycja, Hannah, …

Et puis il y a aussi mes collègues : Séverine, Cécile, Elina, Laura, Essi… Le mois de mars est le mois de la Francophonie. L’Institut français où je fais mon stage, bouillonne d’activités : concert, exposition, soirée gastronomie, cinéma. J’ai la chance de pourvoir assister à plein d’événements différents et tellement enrichissant. Je travaille dans un environnement franco-finlandais que j’adore. Les conversations à tables le midi sont riches. Certains Français sont expatriés depuis longtemps en Finlande, souvent mariés à des Finlandais, d’autre ont fait plusieurs pays (Angleterre, République Tchèque, Allemagne…).

Progressivement, j’arrive à dompter la culture finlandaise. Il faut du temps. Les Finlandais sont des gens discrets, introverties. Il faut savoir faire preuve de persévérance. Mais, cela paie, ce pays a tellement à offrir.

Au fil des mois et des conversations, je me rends compte que la réputation des pays nordiques (nb : la Finlande ne fait pas partie de la Scandinavie !) se vérifie. La vie privée est très valorisée, en dehors des événements, je finis à 17h tous les jours sous peine de me faire « engueuler » par ma manager sinon. La hiérarchie est réduite à son minimum, mes managers finlandaises me font totalement confiance, elles prennent compte de mon avis, on sort ensemble le soir, … Je reprends confiance en moi, petit à petit, je me rencontre que le mal-être dont je parlais au début était en partie dû à certaines expériences en France. Une réflexion qui va très vite se confirmer.

En avril, j’ai la chance de pouvoir me rendre dans un collège finlandais. Là-bas, je constate ce que mes collègues finlandais m’avaient souvent décrit. L’important en Finlande, c’est le bonheur de l’enfant, son épanouissement. Les Finlandais commencent l’école à 7 ans, avant il n’y a pas de maternelle juste le jardin d’enfants, ils jouent toute la journée et n’ont aucune note ! Au collège, entre les cours, les élèves sont libres de circuler, ils peuvent pratiquer la musique, apprendre à cuisiner, à bricoler. Les classes sont petites, et encore une fois la hiérarchie est très peu présente. Les enseignants dialoguent de manière très ouverte avec leurs élèves. L’apprentissage est bienveillant. En sortant de là, je suis scotchée mais aussi pas mal énervée. Énervée contre le système d’Education français qui clairement dans mon cas, se foutait bien de mon épanouissement et mon bien-être. En rentrant en France et en parlant autour de moi, j’ai réalisé que malheureusement, j’étais loin d’être la seule à avoir subi cela, j’étais loin d’être la seule à faire ces observations.

Sur beaucoup de points, mes 6 mois en Finlande ont été un vrai soulagement, une libération. J’ai enfin fait la paix avec moi-même, réalisé que je n’avais rien d’anormal. J’avais juste subi une société trop normative pour moi. Ce n’est pas un hasard si je suis devenue végétarienne en Finlande. Les Finlandais sont de gros mangeurs de viande, le tôt de végétarien est faible. Mais il y a un grand respect pour les différents régimes alimentaires. Dans tous les restaurants, vous trouverez clairement indiqué les plats sans lactose, sans gluten, végéta*ien et vous trouverez au moins un plat pour chacune de ces catégories. Si vous êtes invités, on vous demandera si quelqu’un a un régime particulier.

J’ai aussi été fascinée par cette nature omniprésente. En Finlande, les parcs ressemblent plus à des mini-forêts. J’avais des lapins qui venaient le matin sous mon immeuble et j’ai dû revoir mes connaissances en matière de recyclage, car, là-bas, cela était beaucoup plus développé !

Mais aucun pays n’est parfait. Lors de mon stage en Finlande, le taux de chômage y était le même quand France, l’équivalent du FN a également fait un gros score aux présidentielles et le système de santé est loin d’être aussi idyllique que celui de l’éducation…

Ces 6 mois en Finlande m’ont passionnée et m’ont permis de me dépasser. On dit souvent que les voyages forment la jeunesse. Je dirais juste que les voyages forment. Peu importe ton âge, si tu es un peu perdu dans ta vie, le voyage peut t’aider à y voir plus clair. Et ce sera d’autant plus le cas, si tu t’immerges sur une longue période dans une culture différente de la tienne.

Cet article me semble complètement brouillon. Mais il a le mérite de bien résumer ce qui se passe dans ma tête quand les gens me demandent « Alors c’était comment ? » !^^ J’aurai pu vous parler encore longtemps de choses et d’autres : cette relation particulière qu’ont les Finlandais avec le corps (oui, le sauna se fait nu, oui, je l’ai fait alors qu’en France no way !), la relation au sport, ma fascination pour le design nordique, l’Eurovision, …

En quittant la Finlande, j’ai eu cette exacte même impression que le personnage de Kad Merad dans Bienvenue chez les Cht’is : « Un étranger qui vient vivre dans le Nord il pleure deux fois. Quand il arrive et quand il repart… », remplacer le Nord par la Finlande et la boucle est bouclée !

Et toi, raconte-moi, y-a-t-il un pays qui t’a particulièrement marqué ? 


Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à me suivre sur Facebook, Twitter, Instagram et Youtube !

Cet article te plait ? Epingle-le sur Pinterest !

Article Pinterest, bilan de 6 mois en Finlande

Sur le même thème

26 Laisser un commentaire

  • Reply Lefevre Marion 12 juin 2017 at 20 h 39 min

    J’ai lu ton article merci c’était un plaisir ! c’est cool tu t’ai épanouie c’est sur que le début n’a pas eu être facile, je trouve ça super cool de pouvoir voyager rencontrer de nouvelles personnes etc, perso je n’ai pas encore bougé j’aimerai bien 🙂 bonne soirée ma douce <3

    • Reply Aurore 18 juin 2017 at 14 h 33 min

      Merci Marion pour ton commentaire, je te souhaite de vivre une expérience comme la mienne un jour !

  • Reply Marie Voyages 13 juin 2017 at 9 h 29 min

    J’ai adoré lire cet article ! Je trouve ça génial de suivre ton évolution au cours de ces mois en Finlande et comment cela a pu te changer, t’enrichir ! L’éducation française me fait également rager lorsque l’on voit comment ils font dans les pays nordiques et surtout, à quel point cela n’est pas une utopie et cela marche !! Je ne comprends pas qu’on puisse rester dans ce vieux mode de fonctionnement à la française qui nie l’épanouissement des enfants et qui relègue tout ce qui est art, musique, théâtre, cuisine à des activités extra-scolaire le soir ou les week-ends, qui coûtent cher et prennent du temps aux enfants et aux parents…
    En tout cas, ça avait l’air génial, j’aimerais vivre la même expérience !

    • Reply Aurore 18 juin 2017 at 14 h 35 min

      Oui, ça me fait doucement rire quand les réformes de l’éducation se contentent de passer l’école à une semaine de 4 ou 5 jours selon les gouvernements alors qu’il y a des vraies choses sur le fond à changer !

  • Reply Aurore 13 juin 2017 at 14 h 59 min

    Je suis partie en Estonie, et l’on dit qu’il se sentent plus proches des Finlandais que de leurs petits voisins. Une connaissance est partie y vivre après son stage, il est tombé amoureux du monde de vie, qui n’est pas aussi inhumain que chez nous. La seule chose qui me ferait peur c’est ce soleil qui ne se lève que très peu longtemps en hiver ( bon,et puis le froid quand même) !

    • Reply Aurore 13 juin 2017 at 15 h 00 min

      « Une connaissance est partie y vivre après son stage » en Finlande, pas en ESTonie !

    • Reply Aurore 18 juin 2017 at 14 h 39 min

      Oui, en effet j’aurai pu aussi l’ajouter dans mon texte, la Finlande a une relation particulière avec chacun de ces pays frontaliers et pour l’Estonie, les Finlandais m’ont souvent dit qu’ils considéraient l’Estonie comme leur petit frère ! Les liens économiques, politiques et culturels sont très forts entre les deux comme pour la langue. L’Estonien et le Finnois se ressemblent alors que le Russe, et le Suédois n’ont rien à voir !

  • Reply Julia 13 juin 2017 at 18 h 38 min

    Super sympa ton blog 🙂 et article passionnant (mais attention à l’orthographe ;)) bises

    • Reply Aurore 18 juin 2017 at 14 h 42 min

      ooh mince, j’avais fait pourtant attention, tu te souviens d’une en particulier qui t’a frappée ?

  • Reply MllexCeline 13 juin 2017 at 19 h 13 min

    Hello,

    Super article, j’aimerais bien aller faire un petit tour en Finlande un jour 🙂

    XoXo

    • Reply Aurore 18 juin 2017 at 14 h 43 min

      Je te le souhaite, c’est un magnifique pays, si tu aimes la nature tu ne peux que l’aimer notamment !

  • Reply Sarah | Côté Make-up 13 juin 2017 at 19 h 55 min

    Bonsoir !

    Je ne suis jamais parti à l’étrangé. Je suis déjà très peu parti en vacance (la première fois c’était a mes 18 ans, avec mon premier salaire avec des copines). Sinon jusque mes 13-14 ans, j’allais à chaque grande vacance chez ma tante à Paris mais c’est tout.

    Cela dit, j’aimerai un jour aller dans l’un de mes pays d’origine (l’autre j’y déjà ^^) et aux Etats Unis. Mais bon, je ne sais pas si je pourrais le faire un jour ! Et peut-être l’Espagne aussi !

    • Reply Aurore 18 juin 2017 at 15 h 03 min

      Avant mes 18 ans, je n’étais partie qu’une fois à l’étranger, donc il y a de l’espoir ! ^^ En grandissant, il y a plus d’opportunités de partir : une stage obligatoire à l’étranger, des amis qui s’expatrient, le boulot, … En tout cas, si cela te tient vraiment à cœur de partir dans ton pays d’origine et aux Etats-Unis garde le bien dans un coin de la tête, n’abandonne pas, et je suis sûr que l’opportunité se présentera un jour !

      • Reply Sarah | Côté Make-up 18 juin 2017 at 23 h 17 min

        je l’espère en tout cas ! Merci pour ta réponse rempli d’optimisme 🙂

  • Reply Emilie Froggyz 13 juin 2017 at 23 h 54 min

    Très beau retour d’expérience, merci pour le partage et pour ta sincérité 🙂 La Finlande a l’air d’être un pays vraiment exceptionnel que ce soit en terme de culture locale et de paysages, j’espère avoir l’occasion de l’explorer un jour… Bonne continuation à toi!

    • Reply Aurore 18 juin 2017 at 15 h 07 min

      Je te souhaite de la visiter un jour !

  • Reply Claire 14 juin 2017 at 11 h 23 min

    Partir six mois dans un autre pays, c’est vraiment une magnifique expérience ! Je ne suis jamais partie à l’étranger aussi longtemps, mais même si ça ne doit pas être facile tous les jours, je suis certaine qu’on ressort de ce voyage changé, grandi et nourri de souvenirs 🙂

    • Reply Aurore 18 juin 2017 at 15 h 10 min

      Oui, tout à fait, et je pense que plus on a la chance de se confronter à la culture locale, plus l’expérience sera riche !

  • Reply Comme on est 16 juin 2017 at 16 h 52 min

    Coucou !
    Je te rassure cet article n’a rien de brouillons ! J’aime beaucoup la façon dont tu exprimes ton ressenti. C’est difficile de partir loin de ta famille et je suis d’accord avec tes proches tu as été courageuse ! Surtout le manque de soleil je te comprends ! Pour ma part j’ai une carence continue en vitamine D. L’été ça va parce qu’il a du soleil donc je ressens moins le fait que j’en fixe très peu. Mon corps arrive à en fixer assez, mais l’hiver c’est la catastrophe ! Si je vivais comme toi 6 mois en Finlande je pense que je déprimerais encore plus… Enfin concernant leur façon de travailler c’est vrai qu’ils sont connus pour valoriser les loisirs après le travail et ça ne m’étonne pas qu’on te disputait si tu restais plus longtemps je trouve qu’ils ont raisons !

    Julie

    • Reply Aurore 18 juin 2017 at 16 h 30 min

      Merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire ici Julie !

  • Reply Sandrine 20 juin 2017 at 10 h 30 min

    Ton article est super intéressant, déjà pour découvrir la culture de la Finlande. Et du recul que peut apporter la distance pour découvrir quels sont les points qui gênaient vraiment (et se rendre compte que parfois, ce n’était pas nous le problème !).

    • Reply Aurore 21 juin 2017 at 13 h 37 min

      Merci beaucoup pour ton commentaire Sandrine, je trouve ça tellement passionnant de découvrir d’autres cultures, modes de pensées et d’ensuite pouvoir prendre du recul sur la sienne et changer certaines choses !

  • Reply Aurore 11 août 2017 at 9 h 55 min

    J’aimerais tellement y emmener mes enfants en vacances l’hiver sa m’a l’air vraiment magnifique ! 🙂

    • Reply Aurore 15 août 2017 at 15 h 51 min

      J’espère que tu pourras le faire, c’est assez cher malheureusement, mais je sais aussi que je rêve d’y emmener mes enfants alors que je n’en ai pas encore ! ^^

  • Reply Leslie 14 septembre 2017 at 15 h 49 min

    Je suis partie en même temps que toi pour rester 6 mois en Norvège ! Mais je n’étais pas en Erasmus. J’avais quitté mon CDI pour suivre mon copain en mission à Oslo et m’éclaircir les idées sur ce que je voulais dans la vie… Ca a été une chouette expérience ! Pas toujours facile de s’expatrier, mais c’est tellement enrichissant !

    • Reply Aurore 17 septembre 2017 at 15 h 52 min

      ça devait être une expérience très enrichissante, les pays nordiques ne sont pas les plus faciles pour s’expatrier mais ça rend l’expérience d’autant plus enrichissante ! Par contre, je n’étais pas en Erasmus mais en stage !^^ Je préfère préciser, car mon expérience a été très différente de celle des Erasmus, j’ai traîner avec certains un peu mais clairement l’expérience n’était pas la même !

    Laisser un commentaire