0 In Humeurs/ Humeurs

13 novembre, un an plus tard

13 novembre réflexion un an plus tard

Photo libre de droits (Pixels)

« Le principal fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance, mais le refus de savoir » Simone de Beauvoir.

Si vous me suivez depuis le début alors vous savez que j’ai créé ce blog à la suite des attentats du 13 novembre à Paris. Mon tout premier article était dessus d’ailleurs. J’y parlais de mon traumatisme alors très présent.

Un an plus tard, les choses ont bien sûr évolué. La cicatrice est fermée mais elle est toujours bien marquée et ne s’effacera jamais. Il m’arrive encore dans les transports publics et surtout le métro d’avoir une mini-crise de panique. Je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est l’endroit idéal. Et puis à l’approche des grands jours de rassemblement comme le 14 juillet, je ne peux pas m’empêcher d’être prudente. D’un autre côté, j’ai aussi pris conscience que la peur ne servait à rien dans ce genre d’événements. Être au mauvais endroit, au mauvais moment est bien trop aléatoire.

Si ma cicatrice s’est refermée, je ne veux absolument pas qu’elle s’efface. Je n’ai pas envie de passer à autre chose, d’oublier. Non pas pour une raison de sécurité, mais car on a trop tendance à oublier. Ce type d’événement marque une société entière, elle a des conséquences sur l’Histoire. Je me rappelle encore en 2001, lors des attentats du 11 septembre, ma maîtresse (j’étais en CM2!) nous disait que « c’est ce genre d’événement qui se retrouve plus tard dans les livres d’Histoire ». Ça m’avait beaucoup marqué, car je me demandais justement bien dans ma tendre et douce enfance ce qu’on pourrait bien raconter sur notre douce époque.

Je me rappelle que c’est aussi à cette époque que j’ai appris l’existence de la Première et Seconde Guerre mondiale, du génocide des indiens d’amérique. Cela m’avait fait faire littéralement des cauchemars. Alors oui, je ne souhaite pas oublié les attentats, comme je ne souhaite pas oublier que le 11 novembre fête la fin de la première guerre mondiale, que Hitler a été élu démocratiquement, que la crise économique de 2008 était au départ aussi forte que celle de 29.

Les événements marquent une société, l’Histoire est là pour éviter que l’on reproduise les mêmes erreurs. J’ai toujours eu une fascination pour cette matière, c’était aussi celle où j’excellais le plus. Cela répond à un grand besoin de savoir, où, quand, comment pourquoi les gens font ce qu’ils font. L’Histoire est pour moi indissociable de la sociologie, de l’économie tout se mêle pour venir essayer de comprendre l’enchaînement de ses éléments.

Pourquoi les attentats ont-ils eu lieu ? La réponse sera forcément complexe, mais elle vaut le coup d’être posée. D’aller au-delà de la simple information rapportée par les journalistes.

Je vais peut-être loin pour vous. Je m’éloigne clairement de mon sujet initial, mais j’avais envie d’un peu pousser ma réflexion. Alors que l’on parle énormément des élections américaines, n’oublions pas que ce sera bientôt notre tour en France. Une bonne raison de ne pas oublier, mais surtout de se questionner, de réfléchir pour voter en toute connaissance de cause sans influence.

Et j’aimerais finir cet article en vous rappelant que vous avez encore jusqu’au 31 décembre 2016 pour faire la démarche pour vous inscrire sur les listes électorales. Une carte d’identité et un justificatif de domicile suffit. Toutes les démarches peuvent dorénavant se faire par internet.

Sur le même thème

0 commentaire

Laisser un commentaire